1314227-Obéir_cest_trahir_Désobéir_cest_servir

CNRD 2018

2018
thème : « s’engager pour libérer la France »

un premier document sur les jeunes et la résistance : Jeunes Resistance
quelques éléments de biblio : biblio cnrd 18
le site de Canopé qui est fait pour les candidats :
https://www.reseau-canope.fr/cnrd/

la brochure officielle : http://www.france-libre.net/site/catalogue/#page/1
le site de la fondation de la France libre : http://www.france-libre.net/concours-national-de-la-resistance-et-de-la-deportation-2018/

l’ouvrage récent de l’ONACVG sur les justes de PACA : http://www.onac-vg.fr/files/uploads/file/Justes_PACA.pdf

le dernier film des studios de till the end productions : TEMOINS à voir sur You Tube : https://www.youtube.com/watch?v=ZX3Y4QT1554

ARCHIVES 2017
thème de l’année « la négation de l’homme dans l’univers concentrationnaire nazi »
une petite mise au point : CNRD 2017

la brochure officielle du concours : BPCNRD 2017
l’exposition de la fondation pour la mémoire de la Déportation : expo fondation deportation module 1 expo fondation deportation module 2
quelques notes sur le livre de M Cymes, Hippocrate aux enfers, à propos des expériences médicales… Vous pouvez lire, aucune description « horrible »… Mais un bon complément à certains clichés de la brochure… CYMES
les dossiers canopé :
https://www.reseau-canope.fr/cnrd/
en particulier, les différents axes avec une foultitude de documents => https://www.reseau-canope.fr/cnrd/axes/2017
et puis aussi le travail du mémorial de la Shoah sur le sujet de cette années : http://cnrd.memorialdelashoah.org/
nous avons déjà travaillé sur Auschwitz, regardez dans la partie COURS P sur la 2GM, le montage sur ce camp…
– une page menant à de nombreux témoignages en vidéo : http://fresques.ina.fr/jalons/parcours/CnRD-negation-homme/la-negation-de-l-homme-dans-l-univers-concentrationnaire-nazi.html
– témoignages sur you tube : https://www.youtube.com/playlist?list=PLvElynfR4QDdR9o0pEfF31te0ayURkf6b
– un témoignage d’anciens déportés de Buchenwald : Buchenwald déportés français
et puisque Les références ci-dessus s’appuient sur le camp de Buchenwald, trois sites sur ce camp:
-le site de la fondation du camp : https://www.buchenwald.de/nc/fr/896/
– le site d’une des associations d’anciens : http://buchenwald-dora.fr/
– une autre association : https://asso-buchenwald-dora.com/le-camp-de-buchenwald/histoire-du-camp-de-buchenwald/
des extraits du livre de André Frossard, « le crime contre l’humanité » : FROSSARD

LES PISTES :
– les sources de cette déshumanisation nazie
– ses modalités, vis à vis des Juifs et des autres déportés (cf Buchenwald)
– son actualité ??? En quoi la haine passée des nazis envers les Juifs semble/peut renaître de manière différente envers d’autres populations ? La barbarie nazie n’était elle qu’une exception inédite et non reproductible ou au contraire existe-t-elle encore ou peut-elle renaître sous d’autres formes ?

l’annonce officielle :
http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=104096

A voir ou revoir :
– Shoah, C. Lanzmann.. 9h30 pour entrer dans l’incompréhensible…
interview de C.Lanzmann au moment de la sortie en 1985 : http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu01217/claude-lanzmann-explique-shoah-au-journal-televise.html
– La liste de Schindler, S. Spielberg, plus abordable, plus visible, plus eau de rose..
– La vie est belle, R. Benigni, désormais un classique des contes sur la Shoah… typique de production dont il faut retenir l’esprit, l’intention et l’intuition davantage que le fond historique…. D’où le mot « conte » : personne ne remet en cause l’utilité sociale du conte… Sur le fond, on peut discuter. Même chose ici. Personne ne remet en cause la volonté de montrer l’horreur et la résistance face à l’horreur. L’objet historique est susceptible d’être manipulé, comme dans Inglorious bastards… Voyez, discutez, réfléchissez : vous aurez toujours l’avantage sur ceux qui ne font que condamner!!!!
– Nuit et Brouillard, A. Resnais
– Apocalypse, la seconde guerre mondiale. dernière mouture des reportages colorisés sur la guerre et sur le génocide, mais pas forcément plus dépouillé. La mise en scène et la théatralisation sont parfois de trop..
A lire ou relire :
-Si c’est un homme, P Levi : assez souvent étudié en collège et en lycée, le témoignage de Primo Levi semble incontournable cette année. On le trouve un peu partout, au CDI, en librairie, sur internet…. La négation de l’homme y est exposée de la manière la plus simple…. A propos d’Auschwitz, consultez le cours, le manuel…
-Etty Hillesum, Une vie bouleversée, journal 1941-1943 : témoignage d’une jeune femme de 27 ans, vivant dans le ghetto d’Amsterdam puis déportée au camp de Westerbork et morte à Auschwitz en novembre 1943. Son journal fait passer peu à peu de ses préoccupations quotidiennes à la vie dans un contexte d’oppression beaucoup plus marqué, il y a quelque chose du journal d’Anne Franck mais à un autre âge. Elle garde jusqu’au bout l’espoir en l’homme et l’espoir en Dieu. C’est donc un itinéraire spirituel, un témoignage de foi dans un monde qui s’écroule. Très intéressant, même s’il est peu en rapport direct avec notre question officielle…. Humainement, je ne pouvais pas passer à côté…. exemple, p 184 : « Mon Dieu, cette époque est trop dure pour des êtres fragiles comme moi. Après elle, je le sais, viendra une autre époque, beaucoup plus humaine. J’aimerais tant survivre pour transmettre à cette nouvelle époque toute l’humanité que j’ai préservée en moi malgré les faits dont je suis témoin chaque jour. C’est aussi notre seul moyen de préparer les temps nouveaux : les préparer déjà en nous. » un autre extrait : extrait Etty H
– Notre Histoire 1922-1945, H de Saint Marc, A Von Kageneck (cité dans Apocalypse)
– Jorge Semprun, déporté (communiste espagnol et francophone) à Buchenwald a écrit essentiellement deux livres de souvenirs. « Quel beau dimanche » en 1980 et « L’écriture ou la vie » en 1994… Ne vous attendez pas à des récits, journées après journées… Il met en perspective de ce qui a été vécu dans le camp, on trouvera davantage d’éléments en rapport avec la question du concours dans qui est plus proche du témoignage. Ce n’est pas un récit, plutôt un vagabondage… Son interview (6 minutes) en 1980 lors de la sortie du premier ouvrage : http://www.ina.fr/video/I05269370… Une belle lecture pour ceux qui aiment ça ! Sa bio sur le site du prix Goncourt : http://www.academie-goncourt.fr/?membre=1016697318
– D Rousset l’univers concentrationnaire.. on peut essayer de le trouver en ligne…
=> Ne négligez pas le fait que les bibliothèques municipales sont remplies de récits d’anciens déportés… Le recours à la bibliothèque est sans doute pour vous d’un autre âge, mais vous apprendrez vite que contrairement à la légende tout n’est pas sur internet. Par ailleurs, lire ce n’est pas seulement décrypter des signes formant des mots formant des phrases etc… C’est aussi un moment de la vie, des gestes, une manière de faire fonctionner sa tête et de maîtriser son corps…Tout ça pour dire que les bibliothèques de votre quartier, que le CDI, que la bibliothèque de l’Alcazar, sont des lieux que vous devriez apprendre à domestiquer, à apprivoiser…et que ce ne sont pas des planètes hostiles.

A réfléchir :
La mémoire est une chose mais elle ne peut pas être un but en soi – Tous les témoins actualisent toujours leur récit pour ne pas rester tourné vers le passé mais , au contraire, que ce passé inspire des réactions au présent…