COMPO

Voilà une page méthode pour tous ceux qui aimeraient ou voudraient faire quelque chose en composition… Vous trouverez ici des conseils techniques et des exemples…

d’abord quelque chose de SIMPLE, ça changera… Ecrire une composition c’est traiter un sujet.. Donc soyez aimables de bien faire apparaître ce sujet au début de votre compo… Et si vous voulez faire des présentations, sentez vous libres, tant que vous indiquez le sujet choisi => ILLUSTRATION

LA THEORIE :

Compo pourquoi ? qu’on l’appelle dissertation, rédaction, article ou livre, le principe est toujours le même.. Il s’agit de présenter une REFLEXION historique ou géographique sur un sujet à partir de vos connaissances.. D’où le stade 0 de l’attitude en HG : apprendre son cours, lire son manuel, en gros construire son savoir en accumulant des références.. Le prof a la bonté de vous en donner, mais vous pouvez ne pas vous en satisfaire et aller un peu plus loin… Le manuel c’est pas mal !
stade 1 de la compo formuler une orientation problématique… Le savoir historique est tel qu’on ne peut pas (sauf si on est universitaire, mais ne parlons pas d’autres planètes!) faire une approche globale… C’est comme tout : moins on en connaît plus on juge de manière rapide et sans intelligence des choses… Donc une orientation problématique.. On la formule sous forme de question, pourquoi pas ! Comment on la trouve ???? On étudie les TERMES du LIBELLE du sujet. Le prof a choisi les termes car ils ont un sens… termes connus on a la définition. Termes inconnus il faut prendre le temps de comprendre le sens… Cette réflexion est le fondement du devoir, ne la ratez pas !!!!!

EXEMPLE : CE FICHIER LA

stade 2 faire le plan… ce qui veut dire mettre en forme les arguments qui ne sont rien d’autre que les connaissances qu’on est sensé avoir sur le sujet. On ne le fait pas en jetant d’abord toutes ses connaissances et en triant après, mais en notant sur le brouillon les idées que l’on classe au fur et à mesure dans le plan… Comment on fait un plan.. ? On a une orientation PB donc on y répond, en gros en deux ou trois axes…. Ensuite on fait progresser les parties en trouvant dans les 2 ou 3 partie, 2 ou 3 sous-parties…. Dans chacune, on donne les idées de 2 ou 3 paragraphes… C’est là que vous mettez tout ce que vous savez.. mais sans rédiger !!!!

stade 3 on se rapproche de la rédaction. Au brouillon ON NE REDIGE JAMAIS SAUF la conclusion et enfin l’introduction…. CCL = bilan du devoir, ne faites pas un résumé. Le bilan du devoir c’est la réponse à la PB… donc ça dure au moins un paragraphe !!! L’intro est divisée en 3 P (d’aujourd’hui jusqu’aux écoles d’ingénieurs..) Préambule : la phrase la plus importante du devoir, celle qui donne la main au correcteur pour l’amener jusqu’à la fin de la copie.. Fine, légère, délicate, pas trop d’humour mais un peu quand même, pas trop de sérieux mais un peu quand même.. une citation, pourquoi pas… Evitez les remarques générales : « la guerre de 14 a été une énorme catastrophe… » (on entend les verres qui tintent et une voix de comptoir s’écrier, « Allez Gégé, un p’tit deuxième pour la route, hips! »…..). Le préambule ce sont quelques phrases, sorties de l’analyse des termes du sujet qui amènent à poser un angle de vue… c’est la Problématique, annoncée, une question souvent ou une phrase du style « on peut se demander… » « il s’agit maintenant de… » elle suit le préambule et en découle… Enfin annonce du Plan, comme une sorte de première réponse à la question de PB. Si la PB est sous forme de question, n’annoncez pas le plan avec des questions… Et inversement ! L’introduction est UN SEUL PARAGRAPHE en devoir d’HG… ne détachez pas les phrases pour mettre en évidence la PB ou le plan. Faites le bien, on comprendra …
Stade 4 : la rédaction proprement dite…. D’abord, on recopie le sujet en tête de l’espace à écrire… On ne laisse pas passer une page entière, si le prof veut vous insulter, il trouvera toujours la place… non mais ! Recopiez d’abord l’intro, sans faute d’orthographe, c’est mieux… Puis rédigez les paragraphes.. Bien sur vous pouvez faire des phrases de transition, vous pouvez même les avoir prévues au brouillon.. Mais ne les détachez pas des paragraphes. Evitez les lourdeurs du style « maintenant je vais vous expliquer…. « …. ! Franchement, vous voulez expliquer quoi à un prof qui a encore 60 copies à corriger ????? Faites votre boulot simplement, sérieusement et modestement même si l’air du temps ne nous y pousse pas !!!!! Les paragraphes sont visibles.. Un prof bigleux (comme moi) doit voir sans lunette l’organisation apparaître. cf la fiche technique….
Dernières précisions techniques : un paragraphe ça se voit même si on ne le lit pas… Il commence à 3 carreaux de la marge et n’est pas interrompu par un retour à la ligne. Entre des paragraphes de même sous-partie, on ne saute pas de ligne. Entre deux sous-parties on saute 2 lignes et entre deux parties on saute 4 lignes… L’organisation doit être visible. La tactique éléphant consiste à reporter les titres de vos parties et sous-parties. C’est jouable en S, plus risqué en L et ES… Mais on n’est pas à l’abri d’un fou furieux ! Enfin de manière très pratique, la composition est traitée sur des feuilles à part de l’autre exercice, en numérotant les pages….

Voilà c’est fini ! Pour 2 heures de compo, le stade 1 vous a pris 10-15 minutes. le stade 2 25-30 minutes. le stade 3 10-15 minutes. On en est entre 45 et 60 minutes.. Tout le temps restant sur le stade 4 la rédaction au propre. Pour les L et ES, vous avez 3 heures en théorie et en terminale (pas mercredi) vous reportez la proportion avec 1h30 au moins de rédaction au propre…

Qu’est-ce que ça donne question longueur ??? Question idiote mais qui vaut le coup d’être posée… En effet,une grosse réflexion peut entrer dans une feuille double.. Mais rarissimes sont les élèves capables de donner une réflexion intéressante en aussi peu de place… L’école n’étant plus le lieu de la formation de l’intelligence, on ne vous demande que de manipuler des connaissances. Votre but est d’en mettre plein la vue en utilisant des connaissances en lien avec le sujet, bien entendu.. Manifestement en 2 heures (TS) on peut écrire 1 feuille double 1/2 maximum… En 3 heures (TESL) on peut dépasser 2 feuilles doubles…

suivez les deux fiches rapides :

4 STADES COMPO
COMPO TECH

le fond de votre devoir de composition réside dans le plan détaillé… Difficile de savoir ce que ça veut dire tant qu’on y est pas confronté. L’air du temps et les programmes ne nous poussent pas au détail, très rigide, très complexe, trop détaillé en un mot. Pourtant c’est là que se trouvent l’erreur et l’excellence. Voilà un montage pour comprendre ce que ça veut dire concrètement avec un sujet sur la première guerre mondiale : METHODE planDet

LES APPLICATIONS

=> sujets sur la première guerre : à vous de repérer les plans détaillés de ceux qui ne le sont pas… essayez, vous verrez qu’avec un plan peu ou pas détaillé, on ne dépasse pas les 4 ou 5 paragraphes…

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE : UNE GUERRE TOTALE

PB : en quoi la 1GM est une guerre totale ?

I – Une guerre totale car concernant toute la société
1 – conversion à l’économie de guerre
2 – tous les hommes sont mobilisés – conscription
3 – organisation de l’ « arrière »

II – Une guerre totale car une guerre industrialisée
1 – utilisation de machines
2 – guerre économique
3 – mort omniprésente sur le champ de bataille

III – une guerre totale car mondiale
1 – les fronts multiples
2 – l’affirmation de la puissance américaine
3 – la fin de la diplomatie secrète

pour rigoler le plan donné dans le manuel des S : CORRECTION proposée
par le manuel de 1ere S :

I – le front
II – les civils
III – les Etats

L’EXPERIENCE COMBATTANTE DANS LA PREMIERE GUERRE MONDIALE (correction détaillée)
PB : En quoi les combats de la 1GM ont transformé les combattants ?

I – L’homme et les machines
1 – utilisation de machines
a – artillerie : arme essentielle – préparation des assauts – plusieurs heures de bombardement – production d’obus de +/+ gros, taille d’un homme – Grosse Bertha : bombarde Paris – mortiers : petits canons pour atteindre tranchée – lance flamme inventé pour nettoyer les tranchées – mitrailleuse – sous marin –
b – avions : à peine inventé – 1ere traversée de la Manche en 1909 – observation en avion et ballon – largage de bombes à la main – nouveaux chevaliers (baron rouge-as de l’aviation)
c – tanks : 1ere utilisation 1916 – chars Renault en 1918 – machine permettant d’avancer au dessus des tranchées, obsession des états majors + canon => artillerie mobile protection des troupes pdt assaut

2 – les ravages des machines
a – bombardements : tactique préparatoire – ravages énormes : destruction de villes (cathédrale de Reims) – 7 villages rasés autour de Verdun – trou d’obus, lieu de refuge mais ensevelissement. Otto Dix balles traçantes 1917
b – les gaz : 1ere utilisation massive 1915 Ypres par les allds : industrie chimique … provoque dégats importants : suffocation et douleurs insupportables – cf « l’enfer de verdun » Les malheureux qui, soit insouciance, soit affolement, ajustèrent mal leurs masques, succombèrent dans d’indicibles tortures. Rien n’est poignant comme ces agonies »
c – Verdun : 300 jours fev 16-dec 16, 30 MM obus, 4 tonnes au m2, 310 000 morts fs, 700 000 morts en tout- arbres mitraillés – la relève par Pétain => verdun sur tous les monuments de France.

II – le combat acharné
1 – des combattants galvanisés
a – enseignement et conscription : explique l’acharnement – système enseignment obligatoire depuis les années 1880 dans les pays européens – en Fce : culte de la perte de l’Alsace-Lorraine – construction de l’ennemi allemand + affaire Dreyfus à la fin du XIXe – 9 MM de morts en tout –
b – les commandos : combattant de nuit – camouflés – à l’arme blanche pour nettoyer les tranchées ennemis – insécurité maximale + danger – contact direct avec la mort => traumatisme après la guerre cf Capitaine Conan. conditions de vie dans les tranchées : poilus, pb hygiène –
c – le soutien de l’arrière : la société soutient +/- courrier mais censure ; marraines pour les soldats ; munitionnettes (femmes employées dans les usines) ; infirmières, »anges blancs »…

2 – les conséquences
a – les mutineries : 1917 perte de sens patriotique => refus de monter au combat + diffusion des idées pacifistes de la gauche + influence de la Révolution russe de fev puis Oct 1917 – scènes de fraternisation cf Joyeux Noel – volonté de faire la paix, de construire l’Europe au delà des combats – mouvements réprimés : exécutions mais aussi améliorations des conditions de vie et de combats avec nomination de Pétain
b – les gueules cassées : csq de l’artillerie, des amputations, des mutilations sur tout le corps : membres inférieurs, supérieurs, visages => expression de gueule cassée – perte de sens cf un long dimanche de fiançailles
c – brutalisation : concept G MOSSE – historien américain origine allemande – combats – violence -mythe virilité et groupe explique brutalisation des sociétés pdt entre 2 guerres et montée nazisme…

CIVILS ET MILITAIRES DANS LA PREMIERE GUERRE MONDIALE

PB : en quoi les civils et les militaires n’ont pas toujours vécu la même guerre ? Quelles furent les relations entre civils et militaires pendant la 1GM ?

I – Incompréhension
1 – l’arrière et le front
2 – les combats
3 – massacres et maltraitances (Arménie, occupations…)

II – les échanges
1 – la correspondance
2 – les femmes remplacent les hommes.
3 – mobilisation de tous les âges

si vous êtes arrivé à la fin de cette correction vous pouvez vérifier ce que j’avance depuis le début : essayez de rédiger la première partie d’un des plans non détaillés et faites la même chose pour le 2eme sujet qui lui est détaillé… Vous verrez que c’est plus simple à écrire.

Laisser un commentaire