quelques films pour l’été

N’oubliez pas que les films ne sont qu’un regard posé sur la réalité.. Pas la réalité elle-même. Ils ne peuvent servir d’argument mais plutôt d’illustration. On ne s’appuie pas sur un film pour prouver quelque chose, on utilise le film comme une opinion… avec des pincettes. Mais l’avantage du cinéma (ou des séries comme Band of Brother) c’est de rendre concret des discours… Les conditions de vie, de mort, tout cela passe mieux au cinéma. Mais ça reste des reconstitutions, forcément tronquées par le présent du tournage….

l’Inde
« Slumdog Millionaire »
« Lion »
« coups de foudre à Bollywood » (un navet mais qui fait comprendre ce que l’occident retient…)
« Devdas » (ça c’est indien, pour poursuivre la comparaison…)

Les Etats Unis
« JFK », vieux film sur Kennedy.
« I comme Icare » est une version française des problèmes américains: toute ressemblance avec l’assassinat de Kennedy est voulu et assumé…
les films de Michael Moore sont toujours stimulants… au moins Bowling for Colombine (sur les questions de port des armes et de massacres dans les écoles) et Farenheit 9/11 sur le 11 septembre 2001…
Tous les films sur le world Trade center, ainsi que sur les conditions de combat en Irak sont tous intéressants, même les navets.. démonstration « Dans la vallée d’Ellah », « Zero Dark Thirty », « World trade center », « Farenheit 9/11 », même NCIS, Scandal….
Pour le Vietnam, regarder « Rambo » n’est pas une fin en soi, mais c’est intéressant de chercher à comprendre pourquoi ce film a eu du succès.. Généralement les films en disent beaucoup plus sur leur époque que sur leur sujet.. Prenez « M.A.S.H. », très bon également.. Il est tourné en 1970, en pleine guerre du Vietnam..Et pourtant son sujet c’est la guerre de Corée, mais en parlant de l’un on fait référence à l’autre. « Né un 4 Juillet », « Voyage au bout de l’enfer », « Platoon », « Full Metal Jacket », « Apocalypse now », et même « Good morning Vietnam » disent quelque chose de l’opinion américaine sur la guerre plus que de décrire…..Même chose pour les deux époques du film « Che » sur Che guevara, ou même ses « Carnets de voyage ». en regardant ce dernier n’oubliez pas que les raconteurs d’histoire veulent toujours trouver dans la jeunesse d’un personnage historique les prémices de sa vie d’adulte… Foutaise !!!

la guerre d’Algérie
Hors la loi
la guerre sans nom
Indigènes
Le coup de Sirocco, la Baraka, Le grand carnaval.. pour le côté pieds noirs

la première guerre mondiale
capitaine Conan
un long dimanche de fiancailles
à l’ouest rien de nouveau
Au revoir là haut
La promesse d’une vie

la seconde guerre mondiale
comparez Le jour le plus long et Il faut sauver le soldat Ryan… deux films américains séparés d’une quarantaine d’années…
Mémoires de nos pères et Lettres d’Iwo Jima.. le doublet de Clint Eastwood
Le fils de Saul
La liste de Schindler
Le pianiste
Shoah (mais ça dure 9 h… trouvable en bibliothèque publique )
pour la Résistance :
L’armée des ombres
L’armée du crime
Lucie Aubrac
Paris brûle-t-il ?

la guerre froide
le pont des espions
Goodbye Lenine
Docteur Folamour (en VO c’est encore meilleur)
Fail Safe (la même chose en tragique.. et moins bon, du coup)
Firefox pour le délire de Eastwood en plein les années 1980… Les USA triomphants !!!
et tous les films d’espionnage….mais surtout ceux d’avant 1990.. Après on a des films sur l’état du monde sans la bipolarisation comme Lord of war, Les patriotes… Mais l’intérêt des vieux films d’espionnage c’est l’ambiance combattante de tout discours sur la bipolarisation. Chaque film est un combat cf L’espion qui venait du froid….

Proche et moyen Orient :
Kippour ( sur la guerre du même nom) de Amos Gitai 2002
Free zone (du même sur la situation israélo-palestinienne) 2005
Intervention divine ( même sujet par un palestinien) E Suleiman, 2002
Les citronniers, E Riklis, 2008
Bethléem , Y Adler, 2014
Le cochon de Gaza, S Estibal, 2011
Exodus, O. Preminger, 1960